Historique

À l’ère de l’information, la concurrence sur le marché du travail est rude dans un monde interconnecté, où les demandeurs d’emploi, en particulier les jeunes, ont besoin d’une multitude de compétences pour s’imposer.

Le Togo n’échappe pas à cette nouvelle donne. L’enquête QUIBB 2011 révèle que le taux de chômage des jeunes est de 8,1% et le taux de sous-emploi de 20,5%. Des efforts sont faits pour résorber le problème épineux de l’emploi des jeunes mais les défis demeurent et la pauvreté se féminise davantage.

En 2013,  Le programme emploi des jeunes (PEJ) Togo, soulignait que ‘’les femmes au chômage sont plus nombreuses que les hommes. Cette discrimination sur le marché du travail s’explique le plus souvent par le fait qu’elles sont en général moins qualifiées que les hommes. Les statistiques relatives au secteur de l’éducation indiquent qu’elles enregistrent les plus faibles taux de scolarisation et d’achèvement. Moins qualifiées que les hommes, et avec un faible pouvoir de décision, elles n’ont d’autres choix que de s’insérer dans le secteur informel, secteur où les emplois sont précaires et peu productifs’’.

En 2015, l’enquête QUIBB montre qu’entre 2011-2015, le taux  de sous-emploi a augmenté de 2.1 points (22,8% à 24,9%) et que l’incidence de la pauvreté est à 55,1% en 2015.

Conscients des opportunités illimitées qu’offre le web pour surmonter les difficultés liées à la sous-qualification, mitiger les effets du sous-emploi et combattre le chômage, l’organisation E2C Togo a initié depuis 2014, des camps de technologies dénommés Female Tech Camp pour sensibiliser les lycéennes, les jeunes étudiantes et les récentes diplômées sur les atouts transversaux des TIC ; les former et renforcer leurs capacités sur la maîtrise des outils web ; accroître leur niveau de compétitivité, et étendre leur horizon sur les nouveaux métiers à embrasser afin de mieux s’insérer sur le marché de l’emploi au niveau national et international.

Les quatre éditions précédentes centrées sur les grandes thématiques suivantes : ‘’Innover et entreprendre dans un monde numérique, agrobusiness, Energies renouvelables et emplois verts, Engagement communautaire et digital, Commerce électronique et moyens de paiement, Education réinventée et développement durable’’ ont touché plus de deux cent (200) jeunes femmes directes. Le résultat observé à court terme, est la démystification des TIC par les jeunes bénéficiaires littéraires qui se sont par la suite converties dans des filières Tech notamment, dans le front-end, notamment le graphisme et le social media management en rejoignant les co-working spaces locaux.

Les bénéficiaires en parcours Tech et science ont trouvé plus de motivation grâce au Female Tech camp qui les a exposées à des jeunes femmes modèles. A moyen et long termes, les anciennes participantes au Female Tech Camp (tous profils confondus) ont embrassé la programmation, le développement  d’application, la sécurité informatique et la télécommunication pour certaines, ou se sont encore illustrées dans l’appropriation des moyens de paiement électronique et dans la vente en ligne.

Si des bénéficiaires ont créé leur propre entreprise, ont trouvé leur premier stage ou emploi salarié grâce au Female Tech Camp, certaines ont tout simplement gagné en confiance en soi et en savoir-faire pour tirer largement profit des MOOC afin d’approfondir et diversifier leur connaissances pour entreprendre dans le web en vue de financer leurs études et les réussir avec brio.

Fort de ces acquis qui s’inscrivent dans la dynamique des ODD 4, 5, 9, et 10, E2C TOGO organise le Female Tech Camp 2018 sous le thème central : La communauté des Nanatech: cinq ans d’inspiration et d’impact au Togo. Dans le prolongement du thème de la journée internationale des femmes de 2017  “Les femmes dans un monde du travail en évolution : pour un monde 50-50 en 2030”, et en réponse à l’appel ardent  du thème de 2018 pour le progrès, cette cinquième édition qui s’étendra sur six mois, vise à consolider les progrès déjà réalisés et à accélérer l’autonomisation des participantes grâce aux TIC qui révolutionnent continuellement le monde du travail au 21eme siècle.  Prévues sur six mois, les trois grandes composantes du Female Tech Camp 2018 notamment, les deux Tech camps et le forum national sur le leadership, le mentorat et le coaching comptent mettre à la disposition d’environ trois cent bénéficiaires directes, d’horizons divers des outils pratiques, précis, accessibles et sûrs qui leur permettront de monétiser leur savoir-faire dès la fin immédiate du projet et sur le long terme, afin qu’elles s’épanouissent pleinement dans leurs études et dans leur carrière professionnelle actuelle ou dans le futur. Leur succès, va certainement inspirer et impacter d’autres filles et jeunes femmes dans leur marche vers le progrès.